×

Consultez la dernière actualité concernant le programme de bourses Partager pour bâtir, une des retombées positives de cette première édition.

Aider les entreprises de la construction à innover

Actualités

Aider les entreprises de la construction à innover

Bourses Partager pour bâtir 

Dans la foulée de son initiative de la journée-colloque Partager pour bâtir, le président-fondateur du Groupe Jenaco, Jean Turgeon a cru bon de boucler la boucle par la création d’un programme de bourses Partager pour bâtir.

« Nous avons tous à cœur d’améliorer notre industrie et de l’aider à relever les défis du 21e siècle. Il était évident pour moi et mon équipe d’investir dans un programme de bourses pour encourager la recherche dans notre secteur, trop souvent négligé », a-t-il relaté.

Soulignons que le ratio d’investissement en R&D dans le secteur de la construction est l’un des plus faibles, tous secteurs confondus. Il se situe même après celui du commerce au détail. Pourtant, il constitue le 4e secteur le plus important de l’économie et de l’emploi au Québec.*  

Les bourses Partager pour bâtir ont donc pour objectifs de faire progresser l’industrie de la construction en s’appuyant entre autres, sur les conclusions de l’atelier interactif de la journée-colloque pour retenir les sujets d’étude. Elles auront aussi comme impact d’encourager la recherche dans ce secteur, de stimuler la relève et de participer aux efforts de l’Observatoire de la construction du département de génie de la construction de l’École de technologie supérieure (ÉTS).

« Cette idée de bourses n’aurait pu se concrétiser sans l’appui de nos partenaires. Ils contribuent à donner une autre dimension à ce programme », précise Jean Turgeon en remerciant la Banque Nationale, Groupe Deschênes, Groupe Fransyl, Bastium Construction, Conseil 2.0 et Constructions Bâtiments Québec (BQ) Inc.

Des partenaires engagés en faveur de l’innovation

La participation de la Banque Nationale à ce programme de bourses Partager pour bâtir va de soi selon Geneviève Turbide Potvin, vice-présidente Entreprises-Montérégie, Estrie, Centre et Nord du Québec, présente à l’événement. « Contribuer à l’innovation fait partie de notre ADN à la Banque Nationale. C’est d’autant plus important que cette industrie est un des moteurs économiques du Québec », mentionne-t-elle.

Tout en soulignant la présence d’un bassin important de clients de ce secteur au sein du portefeuille de l’institution financière, Madame Turbide Potvin fait allusion à la question de la productivité. « Les propos entendus au cours de cette journée-colloque nous confirment la nécessité d’innover pour l’industrie de la construction. C’est un des aspects de notre mission à la Banque Nationale. Nous souhaitons soutenir l’industrie dans ses efforts visant à aller de l’avant. »

L’institution financière investit déjà dans d’autres programmes universitaires. Elle étend désormais son rayon d’action à celui de la construction.  

Pour sa part, Louis-Philippe Tremblay, du Groupe Deschênes, une entreprise de distribution-grossiste dans le domaine de la construction, est très heureux de soutenir ce programme de bourses Partager pour bâtir. « Tout le monde reconnaît que l’industrie de la construction doit se renouveler. Il est primordial, comme on nous l’a démontré au cours de cette journée-colloque, de franchir une autre étape pour amener l’industrie à être plus efficace et mieux faire face aux défis actuels et futurs. »

Alors que l’entreprise était déjà partenaire des activités des 25 ans du Groupe Jenaco, M. Tremblay y voit une continuité naturelle. « Nous avons déjà l’habitude de soutenir les études des enfants de nos employés par l’entremise d’un programme. C’est important pour nous d’encourager la connaissance, le perfectionnement et la recherche. »

Améliorer les processus et identifier des solutions concrètes

Du côté du Groupe Fransyl dont l’engagement est de « Faire équipe », il allait de soi de s’engager dans le programme de bourses Partager pour bâtir.  « En collaborant ensemble, nous pouvons faire progresser les choses et contribuer à rendre notre industrie ultra rapide, beaucoup plus efficace », de souligner Chantal Morrissette, présidente et chef de la direction de l’entreprise spécialisée dans la fourniture de services et produits (toiture, enveloppe du bâtiment, isolation, infrastructures…)  « En rendant notre industrie plus performante à tous les paliers, nous offrirons aussi un environnement de travail plus gratifiant pour l’ensemble de nos équipiers », ajoute-t-elle.

Johanne Guertin, présidente de Constructions Bâtiments Québec (BQ) Inc., entrepreneur général, est également fière de participer à ce programme de bourses pour les étudiants de cycles supérieurs. « La volonté est là de travailler à l’amélioration de notre industrie et de rattraper notre retard. On voit bien aussi le désir de plusieurs de briser le travail en silo et de faciliter le travail en collaboration. Le problème est de savoir comment on s’y prend? Par quoi devons-nous commencer? »  Elle espère que ce programme de bourses permettra d’explorer des pistes concrètes pour faire avancer les choses rapidement.

S’il y a un converti en faveur de la recherche et développement, c’est bien Daniel Vendette, président de la firme Conseil 2.0, spécialisée dans la chaîne logistique. L’entreprise est impliquée dans la création d’un pôle d’innovation et travaille déjà avec l’ÉTS. Son appui au programme de bourses Partager pour bâtir n’est donc pas fortuit. « Notre aspiration est d’aider à améliorer les processus, réduire les coûts, offrir une meilleure collaboration entre les fournisseurs, les donneurs d’ordre et les entrepreneurs. » L’entreprise a saisi l’opportunité par ces bourses, d’encourager les étudiants à repousser les limites et donner du souffle à l’industrie de la construction.

Patrice Gravel, président de Bastium Construction, entrepreneur général, abonde dans le même sens. « Le domaine de la construction est un domaine très fermé.  L’idée de partager des expériences, des façons de faire, des innovations m’allume énormément.  C’est un passage nécessaire, selon moi, dans l’évolution de nos techniques afin d’optimiser les résultats autant au niveau de la qualité du produit fini que dans sa gestion tout au long d’un projet.  Le Québec dispose de ressources humaines très compétentes; à nous de les optimiser! »

Ce programme triennal de bourses en recherche est élaboré en collaboration avec l’École de technologie supérieure (ÉTS). Le dévoilement des premiers boursiers des cycles supérieurs et de leur sujet de recherche s’effectuera à l’automne.

*Données tirées du rapport 2016 – Deloitte Inc – Conseil du patronat du Québec |Études sur l’écosystème d’affaires de la construction au Québec

Nouvelles connexes

Plus de 250 décideurs du milieu de la construction réunis à Montréal pour accroître la collaboration dans l’industrie

Actualités

À l’initiative du Groupe Jenaco Montréal, le 1er novembre 2019 – C’est dans un esprit de collégialité que plus de 250 décideurs et acteurs de l’industrie...

Lire la suite

Projet de construction : comment gagner du temps et améliorer son efficacité?

Actualités

En 2019, un constat commence à s’imposer dans l’industrie de la construction : la réussite d’un projet de construction passe obligatoirement par le travail en mode...

Lire la suite

Consulter tous les articles